Révélations médicales

Révélations médicales
Texte paru le 2006-08-24 par Charles   Drapeau-be.svg
Ce récit a été publié sur Gai-Éros avec l'autorisation de l'auteur



Cet auteur vous présente 351 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 5342 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)
Raconte-201808.jpg

Août
À chaque mois en 2018, une nouvelle activité vous sera présentée dans Raconte-nous cette photo #9...

Laissez voguer votre imagination autour de cette photo et excitez-nous dans vos propres mots!

Voyons ce que les auteurs voient dans cette photo, à leur façon!

Raconte-201809.jpg

Septembre


— Cela remonte à deux ans, docteur!

— Ah oui, tout de même!

— J’ai eu un coup assez violent au niveau des parties génitales, suivi d’une douleur aiguë!

— Bon! Déshabillez-vous! Nous allons regarder tout ça!

J’ai commencé par enlever mes chaussures puis mon pantalon et ma chemise. Me voilà donc en slip et chaussettes sur la table d’examen. Pendant que j’enlevais mes vêtements, le médecin se lava les mains. J’étais déjà en tenue lorsqu’il se tourna vers moi.

— Voyons un peu ces douleurs. Ah vous avez gardé votre slip! Il faut l’enlever!

Ce que je fis et il me positionna sur la table.

— Voilà! Restez dans cette position...

Il saisit mon sexe entre ses doigts et le tourna délicatement à gauche, à droite et vers le haut, contre mon ventre. Il palpa mes testicules. Il observa chaque couille avec grande attention pour voir s’il ne trouvait aucune grosseur. Il les fit rouler sous les doigts, les tira, et trouva que j’avais une petite inflammation.

— Rien d’alarmant... Rassurez-vous... Je vais prendre votre tension.

À force de me toucher, ma verge avait commencé a réagir et commençait à durcir. Le médecin s’en aperçut et sourit légèrement.

— Vous pouvez vous rhabiller!

Il me fit une ordonnance pour des antibiotiques et des anti-inflammatoires.

— Avec cette médication, vous allez très vite guérir... Par prudence, je vais vous faire directement une échographie... Mon patient suivant s’est décommandé et j’ai du temps devant moi... Suivez-moi... C’est à côté...

Il me fit entrer dans une autre salle d’examen. Celle-ci était plus sombre. Bien au milieu de la salle se trouvait une table d’examen et un appareil pour l’échographie.

— Désolé mais vous allez devoir à nouveau vous déshabiller! Enlevez tout!

Pendant cette seconde séance de déshabillage, le médecin prépara l’appareil.

— Lorsque vous êtes prêt, allongez-vous sur la table... Tête de ce côté...

Je me suis donc allongé avec une main sur mes parties génitales comme pour essayer de cacher un peu mon intimité. Le médecin s’approcha de la table et il souleva ma queue. Il me tartina les bourses avec un gel froid puis y appuya l’appareil. Il le fit glisser dans tous les sens tandis que son regard ne quittait pas l’écran de télévision.

— Je ne vois rien! C’est plutôt bon signe...

Tout en coupant l’appareil, il continua à parler:

— J’ai l’impression que cette douleur est irradiante. Vous avez probablement un petit problème ailleurs et la douleur se propage dans vos testicules...

— Ailleurs?

— Oui, au dos par exemple!

Le médecin prit une serviette et commença à m’enlever le gel qui recouvrait. Un nouvelle fois, je me suis mis à bander.

— En tout cas, cette douleur n’est pas assez forte pour vous empêcher d’entrer en érection!

J’ai rougi.

— Je sais que vous êtes jeune mais avez-vous déjà fait un examen de la prostate?

— Euh... non...

— On peut en faire un.

— Maintenant?

— Comme ça, nous serons fixé sur ce point.

— D’accord!

C’est là que les choses ont basculé. Il a installé les étriers de part et d’autre de la table. Il m’a tiré vers le bord et positionné mes deux pieds dans ces étriers. Mon érection était si forte qu’elle en devenait douloureuse.

— Deux solutions s’offrent à nous. Je pratique l’examen traditionnel à l’aide de mon doigt... ou nous optons pour l’examen à l’aide de ceci...

J’ai soulevé la tête et je l’ai vu, entre mes cuisses, tenant sa bite bien raide entre ses doigts. Il souriait.

— Vous n’êtes pas le seul à être excité par tout ceci.

J’aurais voulu voir ma tête à cet instant.

— Que décidez-vous?

Je n’ai pas hésité longtemps. Ce mec m’excitait depuis le début et sa bite me tentait terriblement.

— Je ne suis pas tellement traditionnel dans mes choix! ai-je répondu.

— Un peu comme moi!

Il a enlevé sa blouse blanche et sa chemise, révélant un beau torse musclé et velu. Il claqua deux ou trois fois sa queue contre mes fesses puis déroula une capote avant de m’enculer. Sa queue était large mais comme il était doux et habile, il réussit à l’entrer complètement sans me faire souffrir.

— Ça va? Pas trop douloureux?

— Au contraire!

— Bien. Il va falloir tester la résistance maintenant.

— J’ai un cul très résistant.

— Voyons ça!

Il s’est mis à me pilonner d’abord en douceur puis en augmentant la puissance et le rythme. Ses coups de reins devinrent inquisiteurs et les sensations s’accrurent. Je ponctuais ses ahanements par de courts et légers petits cris de plaisir.

— Vous n’en êtes pas à votre premier «examen» de ce genre, jeune homme! Vous m’avez un peu menti...

— Je n’avais pas très bien compris qu’il s’agissait de ce type d’examen, docteur!

— Ah voilà!

Au bout de dix minutes, nous étions en parfaite osmose. Il m’enculait avec art tandis que mon cul allait à la rencontre de ses coups de butoir. Nous gémissions de concert et il commença à me traiter de tous les noms.

— Vous aimez ça, hein, petite salope?

— Oh ouiiiiiiiiii!

— Vous n’avez pas honte de faire ça avec un inconnu?

— J’adore ça! Votre bite est si bonne.

— Elle vous bourre bien, là?

— Ouiiiiiiiii!

— Elle est bien dure et vous fouille bien, n’est-ce pas?

— C’est trop bon...

J’ai subi les assauts de mon médecin pendant plus de deux heures. Il m’a pris dans toutes les positions et à tous les rythmes. Ce mec était un vrai expert de la baise virile. Mon cul en voulait encore et encore.

Depuis ce jour-là, je vais une fois par mois passer une visite en profondeur chez mon toubib préféré et, je vous assure, mon cul est en pleine forme.







Dernier courriel connu de l'auteur : dirtygayhairy@hotmail.com