Mon frère

De Gai-Éros.

Aller à : Navigation, rechercher
Mon frère
Texte paru le 2003-07-13 par Charles   Drapeau-be.svg
Ce récit a été expédié par l'auteur pour sa publication sur l'archive


Self-pic du 26-07-2014. Vous voulez être la vedette du jour? Envoyez-nous votre selfie par courriel
Cliquez ici pour voir tous les selfies
Essay.svg
Vous avez envie de participer à un récit, mais vous n'avez pas l'envie d'écrire beaucoup, faites avancer ces récits collaboratifs:

Vous voulez publier un nouveau texte, c'est facile, mais avant de commencer lisez Aide:Comment créer un texte.

J'ai un frère plus âgé que moi: Samuel. Moi, j’ai 19 ans et lui 23. Depuis très longtemps, avant même que je comprenne que j’étais gay, j’ai idolâtré mon frangin. Il faut dire qu’en plus d’être intelligent, doué pour plein de choses, il est très beau. Enfin, ça peut être présomptueux car je lui ressemble. Avant qu’il ne fasse de la muscu, nous nous ressemblions comme des jumeaux... puisqu’en plus je copiais tout sur lui.

Lorsqu’il est entré à l’Université, Sam a quitté la maison pour aller partager un studio avec un pote. Régulièrement, il revenait passer un week-end ou quelques jours de congé chez nous... Cet été-là, ayant trouvé un boulot en ville pour arrondir ses fins de mois, il nous annonça qu’il ne reviendrait pas avant la mi-août; ce qui me chagrina. Il l’avait compris et, dès lors, m’invita à venir le rejoindre dans son studio qui était vide de colocataire pour l’été. C’était pour moi l’occasion - disait-il - de visiter la ville, les musées et de sortir un peu ensemble.

Je suis arrivé à la gare vers 15h30 et il est venu me chercher car il avait pris congé pour la journée. Nos retrouvailles furent assez émouvantes. Nous nous aimons énormément et la séparation est parfois difficile. Nous sommes arrivés à l’appart qu’il m’a fait visiter. Pendant que j’allais ouvrir mon sac, il a décidé d'aller prendre une douche. Je me suis installé sur un lit et j’ai rangé mes vêtements dans une garde-robe. J'entendais la douche couler et je l’imaginais ruisselant d’eau fraîche.

— Tu crois que je pourrais en prendre une aussi après toi?

— Entre!

La porte de la salle de bain n'était pas verrouillée. Je suis entré et, à travers la vitre, je pouvais admirer le corps de mon frère.

— Sans problème pour la douche mais si tu veux de l’eau à moitié tiède, grouille-toi! Vire-moi tes vêtements et viens me rejoindre...

Je n’ai pas hésité une seconde. Dès que je fus nu, j’ai fait coulissé la porte de verre et je l’ai rejoint. L’eau était bonne. Juste ce que j’aime. Il m’a souri en me donnant le gel douche et je me suis frotté.

— Ça fait un bien fou! lança-t-il. J’ai couru jusqu’à la gare et je devais puer l’animal.

— Je vois que tu fais toujours autant d’exercices physiques...

— J’essaie. C’est pas toujours facile entre les cours à l’Université, la bloque et les petits boulots.

Malgré moi, je bandais et il s’en est aperçu. Il a sifflé et a mis sa main sur ma queue bandée en me disant:

— T’es sûrement moins musclé que moi, frérot, mais pas de partout! Qu’est-ce que t’es bien gaulé! Tu la muscles aussi?

Nous nous sommes mis à rire.

— Faudrait qu’on te trouve une belle petite nana pour te soulager!

— Pas nécessairement!

Ben oui, c’était sorti tout seul. Mon frère m’a regardé droit dans les yeux. J’avais peur qu’il ne réagisse mal. Tout compte fait c’est bien lui qui avait commencé en me touchant la bite. Il m’a souri et ses lèvres se sont posées sur les miennes. On n’a rien dit: ni moi ni lui. Ce n’était pas nécessaire.

Trempés comme des souches, nous nous sommes dirigés vers sa chambre. Là, nous nous sommes embrassés avec passion. Il embrassait si bien, mon frère. Je sentais la chaleur de son corps musclé contre le mien. Je me sentais sous sa protection. Il me serra entre ses bras. J'explorais sa bouche avec ma langue et il faisait la même chose avec la sienne. Soudain, il se mit à genoux. Il me caressa les cuisses et le ventre que j’ai bien plat puis donna de petits coups de langue sur ma queue dressée.

— Qu’est-ce qu’elle est belle! Tu es beau, mon petit frère!

Un frisson m’a parcouru l’échine. Que mon grand frère me dise ça, c’était le pied intégral. Lui aussi avait de l’admiration pour moi, son frèrot! Il a pris ma queue dans sa bouche. C’était divin! J’ai passé ma main dans ses cheveux bouclés. Il faisait glisser lentement ses lèvres le long de ma queue. Puis il la faisait sortir de sa bouche pour me branler un peu. Il n’était pas hyper doué pour faire une pipe mais j’adorais ça.

— Excuse-moi, frérot, c’est la première fois!

— C’est... c’est vrai?

— J’ai jamais ressenti ce que je ressens aujourd’hui. Tu me fais triquer, mec! Mon putain de petit frère me fout une gaule d’enfer!

— De quoi as-tu envie?

— C’est toi qui vas m’apprendre! Tu as de l’expérience, toi, non?

— J’ai l’air d’un pédé à ce point.

Il se releva pour me serrer contre lui.

— Oh, excuse-moi! C’est pas ce que j’ai voulu dire. Y’a pas plus mec que toi...

— Mais...

— Je me suis toujours demandé si...

— Tu ne t’es pas trompé, Sam! Je suis gay!

— Ça me plaît d’avoir un frère gay... Je dois l’être un peu aussi, non?

— Je l’espère.

Je l’ai poussé sur le lit.

— Montre-moi comment on fait une bonne pipe!

J’étais tout prêt à lui donner une leçon sur le sujet. Mes lèvres ont happé sa bite et ont glissé sur tout sa longueur. Sa gorge a émis le plus sensuel des sons.

— Putain que c’est bon!

Pas besoin de lui dire de se détendre. Samuel était complètement abandonné à mes caresses. Mon esprit vagabondait déjà dans les fantasmes les plus fous. J’ai pompé fort longtemps, à m’en péter la mâchoire. Lorsque j’ai enfin laissé sa bite pour prendre ses lèvres, il m’a dit...

— Tu m’offres ton...

— Il est à toi, Sam.

Il a ouvert sa table de nuit pour en sortir des capotes.

— Il faut du gel.

— J’en ai pas... Merde!

— Ben, moi, si...

J’ai couru en chercher dans mon sac, abandonné sur le lit d’à côté.

— Je ne crois pas que tu vas beaucoup dormir dans l’autre lit! m’a-t-il lancé d’un air goguenard.

— Je ne crois pas que je vais dormir beaucoup... point! ai-je ajouté.

— Eh, mec! T’emballes pas... Je dois assurer, moi, chaque matin au boulot!

— T’inquiètes... Je vais m’agiter pour deux...

Nous nous sommes à nouveau embrassés.

— C’est pas génial ce qu’on fait là tous les deux?

— De quoi as-tu peur? ai-je répondu. De me faire un gosse?

Son rire m’enchantait. Il était beau. Il m'a demandé de me mettre sur le dos et de poser mes jambes sur ses épaules. Il voulait me voir lorsqu’il me faisait l’amour. Moi, j’étais ravi de pouvoir le regarder également en train de me besogner. Il enfila la capote et la lubrifia ainsi que mon trou. Il positionna sa bite très dure et se faufila doucement en moi. Son engin était très gros et je fus submerger par une onde de douleur. Pas question de trop lui montrer! La sensation de douleur fit rapidement place au bonheur.

— C’est bon?

— Délicieux, brother!

Sa queue rentrait et sortait en cadence de mon cul. Il n’osait pas trop mettre de la vigueur... Peur de me faire mal sans doute!

— Vas-y plus fort, Sam! Défonce-moi... Baise-moi...

Le verbe qui tue! Mon frère qui me «baise», me «défonce», me «met» sa bite dans le cul. Un pistonnage dans les règles! Il était déchaîné.

— Comme ça?

— Plus fort... J’ai l’habitude. N’oublie pas!

Nouveau sourire et forces redoublées. Là, il avait atteint une bonne cadence. Au bout de dix minutes, il ahana, éructa et me hurla qu’il jouissait. Il était toujours dans mon cul et s’écrasait contre mon corps en sueur. Il me mordillait les lèvres, happait ma langue et m’embrassait avec une infinie douceur.

— Qu’est-ce qui m’arrive?

— Qu’est-ce qui nous arrive, Sam?

— Pas d’analyse, s’il te plaît!

— Ouais, c’est trop tôt... Surtout pas dans un lit lorsque...

— Prends-moi maintenant!

— Tu rigoles?

— Tu n’aimes pas?

— Si. Mais toi!

— Je te dirais ça après!

Lui qui était vierge du cul, j’allais pouvoir le dépuceler. C’était à moi que revenait cet honneur. Quel honneur et quel cul! J’avais la trouille. Je voulais qu’il trouve ça génial et qu’il en redemande chaque nuit... chaque jour et chaque nuit... J’ai respiré un bon coup - lui aussi! - et j’ai entré ma queue dans son trou serré par petits coups.

— Dis-moi si...

— Vas-y, frangin! Il faut que j’essaie ce truc dément! Y’a pas de raison que certains trouvent ça génial et que moi j’aime pas...

Il me sciait avec sa philosophie à cinq balles. J’ai continué ma progression en finesse. Je suais à grosses gouttes. Plus que lui! Au bout de trois minutes, j’étais à fond. Je me suis mis à faire de doux mouvements du bassin pour habituer son trou à ma queue. Encouragé par sa voix, j’ai donné le meilleur de moi même. C’est vrai que par moment il devait avoir très mal... mais il a tenu le coup le frangin d’amour. Il m’a avoué plus tard qu’à la fin le plaisir prit le dessus sur la souffrance... Il m’avoua aussi qu’il se voyait mieux en «actif»... Ce dont je n’avais pas douté un instant. Lorsque j’ai explosé sur son ventre, il nageait en plein bonheur.

— J’aime te voir jouir! m’a-t-il dit.

— Moi, j’aime te voir tout court.

Comme déclaration d’amour c’était pas trop mal.

— Je ne sais pas si je suis prêt à vivre ce genre de...

— C’est pas d’une liaison que je veux, Sam! C’est toi tout entier à moi...

Mon frère était foudroyé.

— Je comprends que ça t’effraie... C’est dur à gérer!

— Plutôt, oui!

— Je vais te proposer ceci... Je vais dormir dans l’autre chambre...

— Pourquoi?

— Attends! Je vais dormir dans l’autre chambre cette nuit et les suivantes... sauf si tu me demandes de partager ta vie... Je veux devenir ton mec... ton petit mec le jour et la nuit... Seulement, pas question pour moi de forcer les choses!

— Tu as pensé aux parents?

— J’ai surtout pensé à nous. Le reste viendra après... J’en ai marre de vivre à travers le regard des autres...

J’ai embrassé Samuel sur les lèvres et je suis retourné prendre une douche. Le reste de la journée, nous avons réussi à faire semblant. Nous étions à nouveau les deux frères très copains. On a évité de mater les belles nanas ou les beaux mecs qu’on croisait en ville. C’était préférable! Le soir, après un bon film, nous avons rejoint chacun notre chambre. Je me suis couché, nu, dans le grand lit. J’ai mal dormi. Il a dû faire la même chose. Enfin, j’ai rattrapé le coup sur le matin. Lorsque je me suis levé, il n’était plus là. J’ai trouvé un mot sur la table de la cuisine.

«Suis parti tôt pour le boulot. Tu dormais si bien que j’ai pas voulu te réveiller. Nuit affreuse. Te savoir là et... Plus jamais ça. Je t’aime et je te veux. Sois mon mec.»

Mon corps était parcouru d’ondes de bonheur. J’ai pris un petit-déjeuner copieux et j’ai fait deux heures de footing. Ma journée, je l’ai passée à organiser ce nid qui pouvait devenir le nôtre. J’ai pensé, réfléchi, culpabilisé... Il est rentré tôt et il m’a fait l’amour sauvagement.

Pendant ces deux semaines, nous avons fait l’amour tous les matins, tous les soirs et toutes les nuits dans son lit... ou ailleurs. Samuel a appris à faire l’amour à un homme. Il est devenu un esthète.

Aujourd’hui, nous avons chacun notre vie. Il est marié et, moi, je suis célibataire. Il vit à la campagne et moi à la ville. De temps en temps, il trouve une excuse pour venir loger seul chez moi et nous nous retrouvons pour des joutes amoureuses. Un jour, il est arrivé à l’improviste et je n’étais pas seul. J’avais ramené, chez moi, un mec de rencontre. Un beau petit mec très viril. Sam s'est joint à nous. Notre relation avait définitivement pris une autre voie... Celle de la raison!



Dernier courriel connu de l'auteur : dirtygayhairy@hotmail.com



Faites plaisir à l'auteur, vous pouvez toujours laisser un petit commentaire!!! Cliquez ici et ajoutez un sujet!



Donnez une note sur 5 à ce récit:
5 / 5 (2 vote)

Fonds d'acquisition accumulé à ce jour: 36,73€
Contribuer au fonds d'acquisition
Ce fonds permettra d'acquérir des périodiques que nous n'avons pas retrouvé gratuitement pour l'archivage.

Pour vous remercier, tous ceux qui contribuent 10€ et plus recevront une copie gratuite de l'Anthologie Volume 1 qui a été publiée le 28 mai sur Amazon.
Outils personnels
Espaces de noms
Variantes
Actions
Navigation
Archives
Publications
Magazine archivés
Utilitaires
Boîte à outils