Mon cousin

De Gai-Éros
Aller à : navigation, rechercher
Mon cousin
Texte paru le 2002-08-22 par Vitabit   Drapeau-be.svg
Ce récit a été expédié par l'auteur pour sa publication sur l'archive


Fichier:Selfie18122014.jpg
Self-pic du 18-12-2014. Vous voulez être la vedette du jour? Envoyez-nous votre selfie par courriel
Cliquez ici pour voir tous les selfies
Essay.svg
Vous avez envie de participer à un récit, mais vous n'avez pas l'envie d'écrire beaucoup, faites avancer ces récits collaboratifs:

Vous voulez publier un nouveau texte, c'est facile, mais avant de commencer lisez Aide:Comment créer un texte.

Mes parents ont invité mon oncle et ma tante. Ils sont accompagnés de leurs enfants, un garçon et une fille. Mon cousin a deux ans de plus que moi. Si je compare sa stature à la mienne il est énorme, très costaud et il me dépasse de deux têtes. J'ai l'air d'une petite souris à coté d'un gros chat. Pendant le repas nous discutons de nos hobbies. Depuis un certain temps je gratte la guitare et lui vient de s’en acheter une.

Comme je veux la lui montrer, nous montons dans ma chambre. Nous nous asseyons sur le lit et je lui donne ma guitare. Il joue quelques accords classiques et me la rend.

— À toi.

Je commence à jouer un des morceaux que je connais. Après quelques minutes mon cousin se laisse aller en arrière et s'étend sur le dos sur le lit.

Mon regard tombe sur une énorme bosse au niveau de son entrejambe. Ce n'est pas possible, un engin pareil. J'arrête de jouer et ma main quitte les cordes pour se poser sur la protubérance. Mon cousin ne bouge pas mais pousse un léger soupir d'aise. C'est énorme sous ma main. Mon propre engin est déjà tout dur. Je veux en voir plus. Je pose ma guitare et mon autre main va rejoindre la première. Je suis soufflé.

J'ouvre sa braguette et m'introduis dans la fente. Seule la fine épaisseur d'un caleçon me sépare de son sexe. Il est aussi dur qu'un morceau de bois. Tant bien que mal j'arrive à l'extraire de sa cachette. Je puis alors admirer cette magnifique queue. Le bout d'un rouge violacé flamboyant est complètement sorti. Mes deux mains réunies font à peine le tour de la tige.

Je commence un mouvement de va-et-vient. Mon cousin n'a toujours rien dit. Il regarde mes petites mains aller et venir sur sa bitte.

À peine ai-je fais une dizaine de mouvements qu'il pousse un gémissement et jouit. Il projette deux ou trois petits jets puis une goutte vient perler au bout de son gland. Je m'attendais à autre chose. En fait, il n'a pas éjaculé plus que moi quand je me branle.

Par contre, il n'a rien perdu de son érection. Moi quand j'ai joui ma bite cesse de suite de bander. Je n'avais pas lâché sa queue et il m'a dit:

— Continue.

J'ai repris mes mouvements quelques secondes, mais je voulais en voir plus. J'ai détaché sa ceinture et son pantalon et je l'ai tiré vers ses jambes. Il s'est soulevé pour me faciliter la besogne. J'ai descendu son vêtement sur ses cuisses puis j'ai rentré son sexe pour pouvoir faire la même chose avec son caleçon.

Complètement nu cela m'a paru encore plus impressionnant. La tige sortait d'une épaisse toison. En dessous les bourses m'ont parut un peu petites en comparaison mais les couilles que j'ai tâtées avaient une bonne grosseur. J'ai joué quelques temps avec ce magnifique outil.

Mon cousin s'est alors redressé et ses grosses mains se sont attaquées à ma culotte. Adroitement il m'a détaché puis a descendu mon pantalon et mon slip. Il a pris en main, ou plutôt entre deux doigts, mon sexe bien bandé. Il était plus fin que son pouce. C'était terriblement excitant. Son index de l'autre main est venu me caresser les testicules et s'est introduit dans mon entrejambe.

J'ai repris la masturbation de sa tige et il ne m'a pas fallu beaucoup plus de mouvements que la première fois pour qu'il jouisse à nouveau. Il a poussé un gémissement rapidement étouffé car au moment où il a eu son plaisir, il a pris mon sexe en bouche. Ses grosses mains ont empoigné mes fesses et il m'a attiré tout contre lui pour me faire pénétrer au plus profond.

Cela m'a fait venir. J'ai voulu me retirer mais il m'en a empêché et m'a sucé jusqu'à la fin de mon érection.

Entre-temps lui aussi à perdu la sienne et sans un mot nous nous sommes rajusté. Nous avons entendu des pas dans l'escalier. C'était sa soeur aînée qui nous rejoignait. J'avais repris ma guitare et je jouais à nouveau.

Elle a fait une remarque que j'ai trouvée déplacée, demandant à son frère s'il allait savoir jouer comme cela avec ses gros doigts. Puis elle nous a invités à descendre. Par la suite je me suis demandé si connaissant son frère elle n'était pas venue pour empêcher qu'il se passe quelque chose entre nous. Heureusement elle est arrivée trop tard.

Par la suite quand je me suis branlé j'ai petit à petit tiré la peau de plus en plus loin jusqu'à découvrir complètement mon extrémité. Les va-et-vient en découvrant et recouvrant le gland m'ont procuré un autre plaisir plus profond. Sous la douche, après m'être décalotté, j'ai fait coulisser mon bout nu dans ma main enduite de savon. C'était super.

J'ai pratiqué la même opération de dégagement du gland sur les copains lors de masturbations réciproques afin de leur faire découvrir ce que j'avais découvert. Ils ont été un peu étonnés, voir effrayé mais quand je leur ai montré mon sexe ils se sont laissé faire. Tous ont été satisfait. L'un d'eux m'a même dit se sentir plus viril.

C'est pourtant seulement mon meilleur copain, celui avec lequel nous avons joué ensembles avec notre zizi les premières fois, que j'ai osé prendre en bouche lors de ma jouissance. J'ai alors découvert le goût du sexe et du sperme. Depuis, je ne m'en suis jamais lassé.



Dernier courriel connu de l'auteur : nicrob@tele2.be



Faites plaisir à l'auteur, vous pouvez toujours laisser un petit commentaire!!! Cliquez ici et ajoutez un sujet!


Fonds d'acquisition accumulé à ce jour: 36,73€
Contribuer au fonds d'acquisition
Ce fonds permettra d'acquérir des périodiques que nous n'avons pas retrouvé gratuitement pour l'archivage.

Pour vous remercier, tous ceux qui contribuent 10€ et plus recevront une copie gratuite de l'Anthologie Volume 1 qui a été publiée le 28 mai sur Amazon.