L’infirmier du camp religieux (05)

L’infirmier du camp religieux (05)
Texte paru le 2018-08-10 par Candide   Drapeau-fr.svg
Publié par l'auteur sur l'archive wiki de Gai-Éros.

MMM+.jpg/ MMM.jpg

Cet auteur vous présente 32 texte(s) et/ou série(s) sur Gai-Éros.

Ce texte a été lu 3265 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)

(ne fonctionne qu'avec les auteurs qui sont des usagers validés sur l'archive)
Raconte-201808.jpg

Août
À chaque mois en 2018, une nouvelle activité vous sera présentée dans Raconte-nous cette photo #9...

Laissez voguer votre imagination autour de cette photo et excitez-nous dans vos propres mots!

Voyons ce que les auteurs voient dans cette photo, à leur façon!

Raconte-201809.jpg

Septembre



Bienvenue au Camp 2018

Il est bien entendu interdit de pratiquer toute activité sexuelle, en particulier la sodomie.


Le père Laurent entre au réfectoire et vient vers nous, il me demande :

— Tous les jeunes sont maintenant arrivés, est-ce que cela vous dérangerait de poursuivre les examens plus tard ou ce soir ? Je désirerais leur souhaiter la bienvenue et leur donner quelques instructions.

— Pas du tout, réponds-je. Puis-je aussi venir ?

— Bien sûr, nous sommes dans la salle « Pénitence ».

Le bâtiment où nous séjournons est le séminaire de la fraternité. Il est situé près d’un village, à deux kilomètres de leur église. Les séminaristes sont pour la plupart en vacances à cette époque de l’année et ce sont les ados qui prennent leur place. La salle « Pénitence » est un auditoire destiné à l’enseignement. Nous nous y rendons, le père Paul incite les jeunes à s’asseoir devant, je me mets au dernier rang.

Le père Laurent débute la réunion par une prière, puis, signe de modernité, il démarre une présentation sur son ordinateur avec une vidéo lénifiante qui glorifie la fraternité.

— Messieurs, dit-il ensuite, je vous souhaite la bienvenue au Camp 2018. Tout d’abord, je vous prie de vérifier que vos téléphones portables soient éteints, il est formellement interdit de les utiliser pendant les activités communes, à part pour faire des photos avec l’accord d’un prêtre. Une pénitence de deux Pater sera donnée pour chaque sonnerie intempestive. Je vais vous rappeler quelques règles générales qui vous permettront de vivre harmonieusement en communauté. Ensuite, on vous donnera plus de détails pratiques sur le déroulement des journées. Je commence par vous présenter les personnes qui vous encadreront : le père Paul.

Il se lève et se retourne vers les jeunes.

— Le séminariste Clément, continue l’orateur.

Il se lève également.

— Et enfin l’infirmier, M. Jean ***, que certains d’entre vous connaissent déjà.

Je suis bien obligé de me lever. Quelques-uns qui me connaissent déjà ne peuvent pas s’empêcher de rire, je me demande bien pourquoi. Le prêtre poursuit :

— Le thème principal du Camp 2018 sera la Chasteté. Nous avons constaté ces années passées que ce thème, très important, n’est pas toujours bien compris parmi vous. Il ne s’agit pas seulement de ne pas avoir de relations sexuelles avant de vous unir à une femme devant Dieu dans le sacrement du mariage, ce que tout le monde devrait connaître, mais également de résister à d’autres tentations. Je sais que c’est parfois difficile à votre âge, que la curiosité l’emporte, mais, par la prière et avec la grâce de notre Seigneur, vous pourrez extirper les démons qui essaient de s’infiltrer dans vos corps.

Le père Laurent projette sur l’écran le dessin d’un jeune homme nu, les mains devant son sexe, entouré de diablotins. Le jeune homme regarde dévotement une statue de la Vierge Marie.

— Quels sont ces diables qui essaient de corrompre vos âmes ? Tout d’abord vous-même, ou plus exactement les parties honteuses situées entre vos jambes. Ignorez-les, ne les regardez même pas lorsque vous urinez, levez plutôt les yeux vers le Ciel, vous y verrez Jésus, notre Seigneur, assis aux côtés de son Père.

Je me fais une réflexion : pourquoi le Christ est-il toujours représenté sous les traits d’un bel homme, presque nu, un pagne érotique cachant ses génitoires ? Était-il si beau que ça ? Baisait-il avec ses apôtres ? J’en suis sûr, au moins avec un, il me semble qu’il y a un verset dans la Bible qui le dit.

— Et ne regardez pas non plus les autres lorsque vous les côtoyez dans l’intimité. Nous ne pouvons pas vous offrir de chambres individuelles dans ce séminaire. Les plus jeunes ne le savent peut-être pas, je suis cependant obligé de vous mettre en garde : il arrive parfois que des hommes commettent le péché de chair entre eux. C’est une abomination. Soyez forts et priez, Dieu vous libérera de ces pensées affreuses.

Il est temps pour moi de vous avouer quelque chose : je vous ai peut-être paru cynique lorsque je vous ai raconté les examens des adolescents, eh bien non, j’ai jusqu’à présent suivi, à mon corps défendant, les instructions de leur Église, je n’ai jamais commis le péché de chair avec un homme, ni avec une femme d’ailleurs. Est-ce que cela vous étonne ? Par contre, je n’ai pas ignoré mes parties honteuses et j’en ai fait un usage manquant parfois de modération. Vous dire pourquoi je suis encore aussi vierge que Marie à mon âge dépasserait le cadre de ce récit (ah oui, je ne vous ai pas encore donné mon âge et mes données biométriques : j’ai 22 ans, 8/14, incirconcis). Pour éviter tout malentendu, je vous précise que si je suis dur (non, pas où vous pensez) avec l’Église catholique en tant qu’institution rétrograde et répressive, je respecte toute personne qui croit en Dieu. Je suis cependant certain qu’aucun croyant ne se risquerait à lire mon récit, de peur de passer l’éternité avec Satan (15/25, circoncis).

Excusez-moi, je reprends le cours du récit. Le père Laurent a passé la parole au père Paul qui a affiché le déroulement des journées et qui a aussi distribué des copies papier. Il explique qu’il a repris ce document ailleurs, d’où le terme « novice » qui ne correspond pas exactement au statut des participants au camp. Il n’en a pas trouvé d’autre plus adéquat.

06:00 Réveil par le séminariste Clément. Passage aux toilettes pour vider la vessie. Les novices doivent éviter de se regarder entre eux, ils doivent faire une première prière.

06:10 Les novices enlèvent leur pyjama et se mettent au pied de leur lit, habillés d’un seul sous-vêtement.

06:15 Inspection par les prêtres et l’infirmier. Chaque jour, un novice devra se rendre dans le bureau des prêtres afin de confesser ses péchés et de vérifier s’il est bien chaste. Pendant ce temps, l’infirmier procédera aux soins médicaux derrière un paravent, si nécessaire.

06:20 Douche pour ceux qui n’ont pas d’autres obligations. Maximum cinq minutes. Les novices doivent emporter avec eux chaque jour un caleçon propre et se changer dans les cabines. Il est recommandé de se doucher à l’eau froide.

06:45 Prière à la chapelle.

07:00 Petit déjeuner.

Je ne vais pas vous communiquer le reste, c’est moins intéressant. Je me demande comment ils vont vérifier si un « novice » est chaste. J’essayerai de tirer les vers du nez à Clément, sinon j’installerai le babyphone dont je vous ai parlé. Le père Paul parle ensuite du règlement du camp. Il est bien entendu interdit :

— de ne pas porter de sous-vêtement en dehors des cabines de douches et de toilettes ;

— de se toucher ;

— de pratiquer toute activité sexuelle, en particulier la sodomie ;

— de blasphémer.

Ça, c’est pour moi. Je ne sais pas si le règlement s’applique aussi à l’infirmier, ce n’est pas précisé.


Corentin

L’accueil des novices étant terminé, je retourne à l’infirmerie avec Corentin. Le séminariste Clément nous suit. Corentin a les cheveux roux, coupés assez courts. Il est grand. Il a mis des pantalons beiges et un tee-shirt blanc. Après les questions habituelles, je lui demande :

— Pas d’autre maladie à part celles indiquées sur le questionnaire ?

— Non, me répond-il, enfin plutôt oui, mais je ne sais pas si j’ose vous en parler.

— Tu peux tout me dire, même si cela concerne les parties honteuses que tu dois ignorer.

— Le prêtre devrait se rendre compte que ce n’est pas possible de les ignorer, il faut bien les laver, et je n’arrive pas bien à me laver.

— Pourquoi ?

— Je n’arrive pas à tirer la peau en arrière jusqu’au bout.

— Ce doit être un phimosis. Demande au père Paul, il t’expliquera comment faire des exercices pour l’assouplir.

— Au père Paul ? Vous croyez ? Je n’oserais jamais lui parler de ça.

— Je te comprends, je pourrai t’expliquer moi-même. J’irai te chercher une crème à la pharmacie qui t’aidera. Tu pourras venir chaque jour faire les exercices ici pour que tu puisses enlever ton sous-vêtement sans enfreindre le règlement.

— OK. Je suis d’accord. Je viens quand ?

— Je ne sais pas, cela dépendra de tes occupations. On en reparlera lundi lorsque j’aurai la crème.

— C’est fini ? Je peux partir ?

— Pas tout à fait, je dois encore te voir nu. Et Clément aussi.

— Pourquoi ?

— Ordre des chefs, ils n’ont pas l’air de plaisanter avec la discipline.

— Je me déshabille alors ?

— Oui.

Corentin a l’air emprunté. C’est la première fois qu’il vient au camp. Il enlève tous ses habits. Je demande à Clément de le peser et de le mesurer. Il a une queue assez longue, je l’estime à 10 cm. J’essaie de décalotter le gland, ça coince effectivement. Je n’insiste pas pour ne pas lui faire mal. Je regarde son anus, pas très propre.

— Tu n’as pas de souci pour les érections ? lui demandé-je.

Il hésite à me répondre.

— Non, je ne peux pas décalotter non plus, mais cela ne m’empêche pas de… Enfin, je ne devrais pas vous en parler, je dois respecter le thème de l’année.

— Pas de souci, fais comme tu veux.

Corentin se rhabille et sort. J’écris ma fiche :

Corentin

Sympathique rouquin, a-t-il une âme ? Je ne sais plus qui disait qu’ils n’en n’avaient pas, ou alors il parlait des femmes. Slip Français émeraude. Incirconcis. 10/?. Phimosis à soigner, hygiène anale à améliorer.

— Pourquoi vous lui avez dit que je devais le voir nu ? me demande Clément. Ce n’est pas dans mes attributions.

— J’ai dit ça ? Cela m’a échappé. Vous n’aimez pas les rouquins ? Bon, ce n’était pas le plus beau des novices.

— Je ne suis pas à ma place avec vous, j’ai peur de ne pas rester chaste.

— Je ne vous retiens pas si vous désirez partir.

— Ce serait mieux. Nous pourrons discuter plus sereinement lorsque vous aurez terminé ces examens.


Asuivre.png