Cousinage (1)

De Gai-Éros
Aller à : navigation, rechercher
Cousinage (1)
Texte paru le 2008-05-11 par anonyme   
Ce récit a été expédié par l'auteur pour sa publication sur l'archive



Ce texte a été lu 10594 fois depuis sa publication (* ou depuis juin 2013 si le texte a été publié antérieurement)
Fichier:Selfie23012017.jpg
Self-pic du 23-01-2017. Vous voulez être la vedette du jour? Envoyez-nous votre selfie par courriel
Cliquez ici pour voir tous les selfies
Essay.svg
Vous avez envie de participer à un récit, mais vous n'avez pas l'envie d'écrire beaucoup, faites avancer ces récits collaboratifs:

Vous voulez publier un nouveau texte, c'est facile, mais avant de commencer lisez Aide:Comment créer un texte.

Template-Books.pngSérie : Cousinage

  • Premier texte : Cousinage (1)

Bonjour, ça fait pas mal de temps que je lis les histoires sur le site de Cyrillo et à mon tour, j'ai décidé de vous faire partager les histoires de cul qui me sont arrivées.

Tout d'abord, je me présente: je m'appelle Dorian, je suis bi et j'aurai 20 ans en fin d'année. Je suis étudiant en master et originaire de l’île de la Réunion où j'y ai vécu jusqu'à mes 17 ans. je suis donc métissé indien et africain, avec la couleur de peau caramel, les cheveux légèrement bouclés, 1m78 pour 65 kg, et ce qui frappe, ce sont surtout mes yeux verts, plutôt inhabituel quand ils sont réels, ce qui me vaut d'ailleurs depuis toujours des compliments. Tous mes partenaires m'ont dit que j'étais super bien monté, mais honnêtement, j'ai jamais pris un mètre pour mesurer ma bite quand elle est en érection; j'aime mieux faire d'autres choses avec. Bref, pour résumer, sans être narcissique car c'est vraiment pas mon cas, disons que je ne laisse ni les filles ni les mecs indifférents, partout où je passe...

Quand je repense à mes premières expériences, ça me fout la gaule. D'ailleurs en ce moment, en vous écrivant...

À l'époque, j'étais plus jeune, l'époque de l'adolescence, et mon cousin, était plus vieux que moi d'un an. Mon père avait décidé de se rendre en métropole durant trois semaines et avait confié la maison à mon frère. Lui au lycée et moi, c'était les vacances. Mon cousin qui habitait à cinq minutes de chez moi était comme un pote; quand on était petit, on passait nos vacances ensemble... Nos premiers touche-pipi, c'était entre nous, nos premières érections sous les douches, nos premières simulations de baise...) Et le temps a fait ensuite qu'on s'est séparé et vu beaucoup moins malgré la distance. Lui traînait avec sa bande de potes et moi les miens. Mais ces vacances là, on avait décidé de passer du temps ensemble comme avant.

Étant en vac, et la maison de ma tante à cinq minutes, celle-ci nous laissait dormir chez moi. Seb, mon cousin, était devenu avec les années un tombeur auprès des filles. Il faisait beaucouq de sport, de foot, tous les jours avec ses potes sur le stade, donc je vous laisse imaginer ce corps de rêve.

Ce soir là, on décida de regarder la tv dans la chambre de mon père. Il faisait chaud, Seb était en short et en t-shirt, tout comme moi. Il me demande si j'ai pas une cassette de porno chez moi. Moi qui n'avais pas une seconde imaginé ce scénario, je lui répondais que je n'en savais rien et qu'il fallait que je fouille la chambre de mon père. Dans ma tête, je me disais: "S'il te plaît papa, dis-moi que tu regardes ces cassettes et qu'elles sont ici! S'il te plaît..." Je ne dois pas laisser passer cette chance. Tout en fouillant, tout m'est revenu en mémoire: nos premières érections, nos corps à corps sous la douche... Et en une fraction de seconde, je me suis imaginé un scénario prêt à faire bander le plus macho des hétéros. Et là, quelle ne fut pas ma surprise... Oui, merci papa! Trois cassettes de bon porno italien, enfouies derrière les chaussures. Et en avant la soirée!

On se parlait peu. Il mit la cassette et on commença à regarder un des films hétéros. Je n'ai pas besoin de vous dire qu'au bout de 10 minutes, je bandais déjà comme un âne. J'étais absorbé par le film, mon premier porno. Je jetais un coup d'oeil pour voir mon cousin et grâce à la lumière de la tv, je distinguais à peu près une barre énorme traversait à la verticale son short et qui faisait des soubresauts... Cela me fit bander deux fois plus. Et là, il se retourne vers moi et me prends en flagrant délit de "matage" de son entrejambe. Je détournai la tête au plus vite, mon coeur se mettant à battre de plus en plus vite.

Et là, toujours sans un mot, il commença à se toucher la queue à travers son short... Ma gorge s'assécha d'un coup et malgré moi, mes yeux sont restés collés sur son entrejambe. Il me voyait le mater et je crois que ça l'excitait encore plus! Maintenant, je ne regardais plus le film que d'un seul oeil, il se frottait de plus en plus le paquet, que faire? Là, une idée. Je lui dis: "Faut que j'aille pisser!" et lui me réponds: "Ok." Pour sortir du lit, je devais l'enjamber et là je me lève, prêt à passer au-dessus de lui. J'y crois pas: il me fixe le short. J'y crois pas, mon coeur s'affole, et là, mon pied s'enroule dans le drap et je faillis déraper par terre. Il me retient, me rattrape, et je m'écroule sur lui. Et là mon cousin, que je croyais 100% hétéro, me roule une pelle monumentale. J'étais aux anges. Je sentais sa queue sursauter contre mon ventre et il sentait mon érection contre lui.

Le film faisait maintenant office de radio, et on se rapprochait du centre du lit. Je lui enlevai le tee shirt et commençai à lui sucer les tétons. Il aimait ça, ce salaud. Je lui léchais le ventre et arrivai à son nombril. Ses vêtements sentaient bon la lessive, ce qui me fit craquer deux fois plus. Je lui déboutonnais le short, et le baissais... Mon dieu! Mon cousin est monté comme un dieu! Déjà qu'en léchant ses tablettes de chocolat, j'étais au bord de l'excitation mais là, sa queue gonflée que son slip pouvait à peine contenir, d'où dépassait son gland rouge, me fit perdre la tête. Je l'humectais lentement et donnai mes premiers coups de langue sur la bite de mon cousin, un truc de ouf non? À ce moment là, je pense que pas mal de ses copines auraient tué pour être à ma place...

Je lui baissai le slip et sa queue s'est dressée plus haut que son nombril... Mes yeux n'en revenaient pas, je n'avais jamais vu un chibre aussi gros... Non seulement en longueur mais aussi en largeur... Et la pour ma première fois, j'ai taillé une pipe, et apparemment j'ai trouvé la technique tout seul car au bout de cinq minutes, il me dit de stopper car sinon il allait jouir. Il me releva et me plaqua sur le lit; je n'en revenais pas de sa force. Il enleva mon t-shirt puis mon short, et enfin mon slip. Je pense que ce n'était pas la première fois car il s'y prenait très très très bien, descendant jusqu'aux couilles et remontant jusqu'au gland et là j'ai joui dans sa bouche, j'en pouvais plus. Il me dit: "Déjà?" Ne sachant que dire, je me tus. Il me sort ensuite: "Maintenant, suce-moi pareil..." et j'obéis immédiatement. Pendant que je m'activais sur sa queue, il me donnait des coups de reins et sa bite énorme, quand elle entrait dans ma bouche, me donnait des hauts le coeur. J'ai dû m'arrêter au moins quatre fois. Puis il me déchargea dans la bouche, le goût du sperme n'était pas pour me déplaire.

Ensuite on s'est nettoyé, on a stoppé le film qui n'a en fait servi que de préliminaires et chacun dormi du côté de son lit... Moi, ma nuit fut agitée, je dois le dire!

Et le pire, c'est que c'était le premier soir, donc si ça vous a plu, faites-le moi savoir car la suite de mes vacances, de mes expériences au lycée et à l'internat, et maintenant à la fac, promettent d'être aussi chaudes…



Faites plaisir à l'auteur, vous pouvez toujours laisser un petit commentaire!!! Cliquez ici et ajoutez un sujet!


Fonds d'acquisition accumulé à ce jour: 88,88€
Contribuer au fonds d'acquisition
Ce fonds permettra d'acquérir des périodiques que nous n'avons pas retrouvé gratuitement pour l'archivage.

Pour vous remercier, tous ceux qui contribuent 10€ et plus recevront une copie gratuite de l'Anthologie Volume 1 qui a été publiée le 28 mai sur Amazon.